19/09/2012

(Lecomte, 1994, p.33-34)

(p.33) grammaire latines et enfin la lecture et les commentaires des Saintes Ecritures (45). Sans être des piliers de bibliothèque , les moines de Clonfert possédaient une culture littéraire et biblique supérieure à celle de la plupart des clercs de chez nous. (46)

Pendant que Feuillien terminait ses études et son noviciat à Clonfert, son frère aîné Fursy qui avait déjà revêtu l'habit monastique, était allé fonder un mo­nastère dans la campagne irlandaise, en un lieu qui, plus tard, devait porter son nom : Kill - Fursa (47), actuellement Killursa (48) à quelques kilomètres à l'est de la rive orientale du lac Corrib (49).

 

De nos jours, le site s'étend au bord d'une petite route étroite et sinueuse, dans un endroit isolé, à l'écart de toute agglomération. Les ruines d'une église se profilent au fond d'un cimetière hérissé de croix celtiques.

Au premier plan se dresse une sta­tue de saint Fursy qui accueille le visiteur.

Saint Fursy élève son regard vers le ciel. La pureté de ses traits et la simplicité de ses vêtements té­moignent d'une ferveur évangélique semblable à celle qui inspira Fra Angelico.

 

(45)  M.-J. DAXHELET, op. cit., p. 161.

(46)  I. SNIEDERS, op. cit., pp. 605 et 606.

(47)  En gaélique, "Kill" (ou "Cill") signifie "Eglise" :  Kill-Fursa = l'église de Fursy.

(48)  Une biographie médiévale de saint Fursy considère celui-ci comme le fondateur du monastère de Rathmat (Acta Sanctorum, januarii, II, col. 411), mais ce récit hagiographique est truffé d'événe­ments légendaires et entaché de nombreuses erreurs.  C'est ainsi que l'auteur de cette biographie parvient à situer le monastère de Clonfert sur une île ! En réalité, ce n'est pas à Rathmat, mais à Killursa que saint Fursy à fondé un monastère :  P. HARB1SON, op. cit., p. 158. - Certains auteurs, comme M. Chapelle et R. Angot (op. cit., p. 23) continuent à affirmer, mais à tort, que saint Fursy fut le fondateur du monastère de Rathmat, et J. Noël (Les procesions..., op. cit., p. 14) s'obstine à situer Clonfert sur une île.

(49)  Voir la carte, p. 30.

 

(p.34) Le socle de la statue porte l'inscription suivante : "FURSA, patron of this parish and of Peronne, France, missionary and visionary whose visions are said to hâve inspired Dante's "Divina Comedia" was born in Inchiquin circa 550. His church hère "Cill-Fursa" gives its name to the parish" (50).

Comme à Clonfert, le sol du cimetière est recouvert d'herbes fol­les et de fleurs sauvages. De nom-| breuses croix celtiques se dressent vers le ciel.

Les murs déchirés de l'église rappellent la fragilité des choses hu­maines. Du monastère de saint Fur-sy il ne reste rien. Les ruines les plus anciennes datent du XIe siècle (51).

C'est à Killursa, vers 626, que Fursy eut une série d'extases et de visions extraordinaires qui nous sont rapportées par Bédé le Véné­rable (52). Bien avant Dante, Fursy dut lutter contre les démons, vit l'Enfer et s'entretint avec des saints,

 

(50)  Fursa, patron de cette paroisse et de Pé-ronne en France, missionnaire et vision­naire dont on dit que les visions ont ins­piré la "Divine Comédie" de Dante, est né à Inchiquin vers 550. Son église, ici, "Cill   Fursa"   donne   son   nom   à  la pa­roisse".

(51)  P. HARBISON, op. cit., p. 158.

(52)  C.   PLUMMER,  Baedae   Venerabilis..., op. cit.. Lib. III. Cap. 19. pp. 164-167.

Les commentaires sont fermés.