19/09/2012

(Lecomte, 1994, p.78-79)

(p.78) empiler des pierres les unes sur les autres, de manière à obtenir des huttes en

torme de ruches, des "beehive huts" comme disent les Anglais.

On trouve en Irlande, et plus particulièrement dans la péninsule de Dingle (Comté

du Kerry), un certain nombre de ces habitations préhistoriques construites suivant

la technique de l'encorbellement.

En voici un exemple.

(...)

 

Les moines irlandais du VIP siècle édifiaient donc leurs cellules suivant la même méthode de construction (33). Certaines de ces cellules sont restées pratique­ment intactes sur le site d'un monastère fondé à cette époque par saint Finan et situé sur un flanc de l'île rocheuse de Skellig Michael, qui se dresse dans l'Atlanti­que, a une douzaine de kilomètres de la côte du Kerry (34).

 

(32)  Fahan est un petit village situé dans la péninsule de Dingle, entre Ventry et Siée Head. A proximité hierT         g6'-         U" chamP en Penteraide< se trouve un groupe de "beehive huts" particulièrement

(33)  F. HENRY, op. cit., p. 69.

(34)  L'île de Skellig Michael (18 hectares) se présente sous la forme d'un roc pyramidal de 212 mètres de haut. Elle porte, sur une étroite terrasse (30 mètres de large), juste au-dessous de son sommet   le monastère de saint Finan  qui n'est accessible que par d'adrupts escaliers de pierre aménagés par'les moines^ II y a environ 2300 escaliers sur le pourtour de l'île :   voir The Skellig Experience , Cork Kerry Tourism, 1992, p.8.

 

(p.79) A Skellig Michael, il subsiste cinq cellules monastiques de ce tvoe Elles sont construites en pierres sèches, voûtées en encorbellement. Elles sont rondes à textérieur et carrées ou rectangulaires à l'intérieur™. Mis à part une grande cellule qui a un diamètre de 9 m 50 et une hauteur, sous voûte, de 5 m environ les autres se caractérisent par leur exiguïté : diamètre extérieur de 4 à 5 mètres - hau teur, sous voûte, d'un peu plus de 3 mètres. Les murs qui ont 1 m 20 à l m 80 d épaisseur sont verticaux jusqu'à la moitié de leur hauteur ; à partir de ce point commence la voûte. L'entrée consiste en une seule porte. Les cellules sont percées dune ou de deux petites fenêtres. A l'intérieur, des niches sont prises dans l'épais­seur de la muraille ; elles mesurent 60 cm de large et 30 cm de haut ; elles ont dû servir à poser des livres. Une croix celtique est gravée sur le linteau de la porte de la grande cellule. (36)

Ces cellules de Skellig   Mtchael peuvent nous donner une idée de celles du monas­tère de Fosses, si ces dernières étaient construites en pierres. Comment étaient-elles disposées ?

 

(35)  P. HARBISON, op. cit., p. 185. F. HENRY, op. cit., p.59.

(36)  F. CABROL et H. LECLERCQ, op. cit., vcrbo Celtique, col. 2923 et 2924.

Les commentaires sont fermés.