19/09/2012

(Lecomte, 1994, p.84)

(p.84) Saint Feuillien dédia l'église de son monastère à saint Pierre, comme la plupart des fondateurs d'abbayes le faisaient à cette époque (56).

 

G. Les oratoires extérieurs

Les monastères fondés par les missionnaires irlandais portaient d'ordinaire plus d'un oratoire, non pour les besoins de la célébration des grandes fêtes, mais en l'honneur des saints que l'on voulait y vénérer. Nous savons l'importance qu'avait pour le peuple le culte des saints. Là où reposaient leurs reliques, les fidèles de l'époque mérovingienne croyaient que le saint était présent. Aussi un des premiers soucis du fondateur d'un monastère était-il de rappeler leur mémoire en élevant des oratoires pour donner au peuple la possibilité d'y venir célébrer leur culte (57). Saint Feuillien et ses compagnons édifièrent deux oratoires de ce genre en dehors de l'enceinte du monastère de Fosses : le premier était dédié à sainte Agathe et le second à sainte Brigide.

 

1. L'oratoire Sainte-Agathe.

Sainte Agathe est originaire de Cata-ne (en Sicile) où elle vécut au IIP siècle. Selon la légende, elle était aussi riche que belle, mais ayant repoussé les avances d'un dignitaire romain, et ayant proclamé son amour du Christ, elle fut condamnée au supplice et on lui arracha les seins avec des tenailles. Un an après sa mort, le voile de son tombeau sauva la ville de Catane des laves de l'Etna (58).

Le culte de sainte Agathe se répandit dans plusieurs pays occidentaux, notam­ment en Irlande et dans nos régions (59). D'après le doyen Crepin, les femmes de Fosses qui souffraient de douleurs aux mamelles invoquaient autrefois sainte Agathe (60).

C'est un chroniqueur du XIIP siècle, Gilles d'Orval qui, après avoir rappelé que Feuillien fonda une église à Fosses, ajoute que son frère Ultain en fonda une autre en l'honneur de la bienheureuse vierge Agathe (61).

Certes, la chronique de Gilles d'Orval est sujette à caution (62), mais sur le point précis de la fondation par saint Ultain d'un oratoire en dehors de l'enceinte du monastère de Fosses, l'affirmation de cet auteur qui se base probablement sur une tradition locale (63), est corroborée par Bédé le Vénérable qui met l'accent sur les penchants érémitiques de saint Ultain (64), ainsi que par le témoignage d'un auteur

 

(56)  Les abbayes de l'Entre-Sambre-et-Meuse (Malonne, Brogne, Moustier) étaient toutes dédiées à saint Pierre : J. CREPIN, Le monastère..., op. cit., p. 359. E. BROUETTE, verbo Fosses, op. cit., p. 1218. A. DIERKENS, op. cit., p. 314.

(57)  L. van der ESSEN, Le siècle des saints, op. cit., p. 91. M.-J. DAXHELET, op. cit., p. 73.

(58)  A. DEFOURCQ, Agathe, dans le Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques, t. I, 1911, col. 909 et 910.

(59)  Ainsi, le portique de l'abbaye de Nivelles est dédié à sainte Agathe, comme le sera, plus tard, celui de Brogne : A. DIERKENS, op. cit., p. 310, note 186.

(60)  J. CREPIN, Le monastère..., op. cit., p. 373.

(61)   "Et eius frater Ultanus in eodem loco aliam (ecclesiam) béate Agathe virgini" :  Gilles d'ORVAL, cité par L. NOIR, op. cit., p. 56, note 2.

(62)  L. NOIR, op. cit., pp. 30 et 36.

(63)  L. NOIR, op. cit., p. 56, note 2.

(64) Voir ci-dessus, p. 37.

 

 

Lecomtep084.jpg

 

Les commentaires sont fermés.