19/09/2012

(Lecomte, 1994, p.85)

(p.85) du VIIe siècle, qui rapporte qu'en 659 un messager de sainte Gertrude trouva saint Ultain en prières dans un oratoire situé à l'écart du monastère (65).

On peut donc affirmer, avec une vraisemblance suffisante, que c'est saint Ultain qui construisit, à Fosses, le premier oratoire dédié à sainte Agathe (66).

Cet oratoire était situé à quelque 500 mètres au nord-est du centre actuel de Fosses, en un lieu-dit "A Sainte-Agathe", "A Saint-Ultain" ou encore "A Sinton" (67).

Après la mort de saint Ultain, son culte se juxtaposa à celui de sainte Agathe. C'est ainsi que lorsqu'on décida de reconstruire une nouvelle chapelle, au XIIP siècle, celle-ci fut dédiée à sainte Agathe et à saint Ultain (68).

À la Révolution française, la chapelle fut vendue comme bien national, puis laissée à l'abandon. Elle fut ensuite englobée dans la construction de trois maisons où l'on trouve encore des vestiges de l'édifice du XIIP siècle (69).

Des fouilles ont été effectuées à Sainte-Agathe (70), mais on n'y a découvert aucun vestige du premier oratoire édifié par saint Ultain. Etait-il construit en pier­res ou en bois ? On n'en sait rien, mais il est possible que saint Ultain qui s'y retirait régulièrement pour satisfaire sa tendance à l'isolement (71), ait préféré une construction plus solide et plus sûre qu'une simple cabane en bois. Dans ce cas, l'édifice devait, comme les bâtiments du monastère, avoir la forme d'une ruche ou d'une coque de bateau.

2. La chapelle Sainte-Brigide.

Sainte Brigide "Sainte Brye" comme on l'appelle à Fosses (72) est née vers 450, en Irlande.

A cette époque, saint Patrick achevait l'évangélisation de l'"île des saints". Sainte Brigide fonda un monastère à Kildare (73) où elle rassembla un certain nombre de pieuses femmes désireuses de prêter assistance aux moines qui continuaient l'œuvre de saint Patrick (74).

On ne possède que de maigres renseignements historiques sur la vie de sainte Brigide. Les récits légendaires, par contre, abondent. Les textes qui mettent sainte Brigide en contact avec saint Patrick et avec tous les grands saints de son époque doivent être rejetés (75), de même que ceux qui l'apparentent à saint Feuillien (76).

 

(65)  C'est une biographie de sainte Gertrude, la "Vita Gertrudis", composée vers 670, qui rapporte cet événement : L. NOIR, op. cit., p. 57, note 1.

(66)  J. CREPIN, Le monastère..., op. cit., p. 371, C. KAIRIS, op. cit., p. 11, E. BROUETTE, op. cit., verbo Fosses, col. 1218, et L. NOIR, op. cit., p. 56, note 2, sont du même avis. - A. DIERKENS, op. cit., pp. 310 et 315, est moins affirmatif.

(67)  J. CREPIN, Le monastère..., op. cit., p. 267 et les réf. cit.

(68)  A. DIERKENS,  op.  cit., p.  310, note 186. J.  CREPIN, Le monastère, op. cit., pp. 371, 372 et 373 : un acte daté de 1215 porte la mention "ecc/esia beat/ Ultani".

(69)  J. CREPIN, op. et foc. cit.

(70)  Notamment par l'évêque de Namur, Monseigneur Pisani, en 1818 : C. KAIRIS op. cit., p. 11.

(71)  L. NOIR, op. cit., p. 56, note 1.

(72)  Sainte Brigide est appelée familièrement Bride en Ecosse, en Angleterre et en France, Bryde en Belgique, Brida dans les pays de langue allemande, et Brye en wallon, à Fosses : L. GOUGAUD, Les saints irlandais hors d'Irlande, op. cit., p. 44. J. CREPIN, Le monastère..., op. cit., p. 374, note 61.

(73)  En gaélique,  "Kill", "Cill" ou "Cell" signifie l'église, et "dara", le chêne : Kill-dara = l'église du chêne. - La ville de Kildare est située à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Dublin.

(74)  F. O' BRIAN, Brigida de Cell-Dara, dans le Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques, t. X., 1938, col. 717.

(75)  F. O' BRIAN, idem.

(76) Le doyen J. CREPIN (Notice historique sur le culte de sainte Brigide à Fosses, Fosses, 1913, p. 2, et Le monastère, op.  cit., p.  374)  a malencontreusement diffusé la légende selon laquelle saint Feuillien et sainte Brigide étaient de la même famille. En réalité, saint Feuillien est décédé cent trente ans après sainte Brigide, et s'il étaient parents, ce ne pouvait être "qu'à la mode de Bretagne".

Les commentaires sont fermés.